Retour

Pura Vida, jour 1

Pura Vida, jour 1

Récemment, je me suis offerte un cadeau incroyable, une expérience merveilleuse, un roadtrip à deux au Costa Rica.

 

Il me fait un immense et égoïste plaisir de vous partager ces 10 jours inoubliables et tout ce qui vient avec! Parce que préparer son voyage sur mesure, c’est plaisant, enrichissant et parfois un peu casse-tête! Mais rassurez-vous, les efforts sont largement récompensés. Jugez par vous-même 😉

 

Parc National d’Arenal, Costa Rica

 

J’ai d’abord réservé mon vol avec Voyages Bergeron. Ce fut au début du mois d’avril 2018, pour un peu moins de 500$ CAD par personne, aller-retour, ce qui est un bon prix.

 

C’est donc à bord du vol d’Air Transat, TS204, que nous quittâmes Montréal (YUL) le 11 janvier 2019 en direction de San José (SJO), la capitale du Costa Rica!

 

Nous avons reculé l’heure d’une heure par rapport à Montréal.

 

5 heures 30 minutes plus tard, nous y étions!

 

La capitale est située entre deux chaînes de montagnes, une zone communément appelée la Vallée centrale, à plus de 3000 pieds d’altitude. À notre arrivée, il faisait chaud (20-23 degrés Celsius), mais pas assez à mon goût! Le ciel était voilé par intermittence, chose commune à San José.

 

San José, Costa Rica

 

À l’aéroport, il y a beaucoup de visiteurs et cela prend une bonne heure avant de rencontrer un agent frontalier, vraiment sympathique, qui nous laisse entrer au pays. Youpi!!!

 

On va ensuite récupérer les bagages, qu’on fait vérifier au point de contrôle. Une autre file d’attente!

 

En attendant, on décide de fouiller un peu dans notre guide touristique pour relever quelques infos voyage pratiques:

 

Langues: Espagnol, Anglais.
Devise: Colon costaricain (CRC), devise américaine et principales cartes de crédit sont largement acceptées.
Tension électrique:110 V.
Passeport et autres exigences: Passeport canadien régulier valide pendant au moins 1 mois après la date prévue de votre départ du Costa Rica. Taxe de départ de 29,00$ USD par personne (comptant ou carte de crédit).
Numéro à contacter en cas d’urgence: 911.

 

Finalement, vient le moment de la prise en charge de notre véhicule de location.

 

San José, Costa Rica

 

Un Suzuki Vitara 4×4 automatique, économique et confortable. Pour la modique somme de 1115 $ CAD, toutes taxes et frais applicables, le GPS, le kilométrage illimité, un deuxième conducteur et le plan complet d’assurances (sans aucune franchise à payer) étaient inclus.

Le plan d’assurances comprenait les trois assurances obligatoires pour rouler au Costa Rica:

  • Couverture dommages du véhicule loué
  • Couverture dommages causés aux tiers
  • Couverture des personnes à bord

Nous avions également une assistance routière  en cas de perte de clé, oubli de clé dans la voiture, crevaison, batterie, manque d’essence ou panne de véhicule.  Outre ce que j’avais réservé préalablement sur le site internet de Dollar, cette assistance routière de style CAA fut la seule chose qu’on me proposa d’ajouter au contrat de location.  L’agent me proposa d’abord 3$ USD par jour. J’ai refusé. Il fit une contre-offre à 1.50$ USD. J’ai accepté!  Plutôt réconfortant dans un pays étranger où l’on emprunte des routes sans revêtement!

 

Pococi, Costa Rica

 

Parc National d’Arenal. Costa Rica

 

Le GPS était de marque Garmin. Quoique technologiquement dépassé, il fut notre meilleur ami. La réception est bonne partout, mais il est prudent d’avoir une carte routière à portée de main au cas où!

 

Le temps d’attente fut considérable chez Dollar. En attendant mon tour au comptoir, j’ai pu observer que les voyageurs n’ayant pas réservé le plan complet d’assurances avaient de très longues discussions avec les agents de Dollar. Le sujet de confusion principal : la responsabilité en cas de vol ou d’accident. On peut se retrouver à payer la totalité des dommages et la valeur du véhicule.

 

Je déteste payer pour rien. Je fais toujours une analyse des coûts et des bénéfices lorsqu’on me propose une garantie ou une assurance. Toutefois, en voyage je préfère payer, peut-être un peu plus, ne serait-ce que pour avoir l’esprit tranquille.

 

Au final, ce fut encore un bon moment d’attente chez Dollar. Mais croyez-moi, ils ne chôment pas comme on dit!
L’un des agents parlait couramment le français, ce qui facilite le processus et sécurise les voyageurs francophones.

 

Assistez l’agent lorsqu’il procède à l’inspection du véhicule et n’hésitez pas à lui faire ajouter les marques et/ou dommages que vous voyez.
 
Assurez-vous de bien comprendre les explications au sujet du véhicule et du GPS.
 
Acceptez la carte routière que Dollar fournit gratuitement.
 
N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent en tête, concernant le véhicule ou pas! Ce sont des locaux qui connaissent très bien leur pays, une riche source d’informations 🙂

 

 

Et prenez la route! Pura Vida!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des